Le sait-on seulement ? Notre ami Vedettiste liffréen Joël A------- est aussi un chercheur, et qui plus est un trouveur.

Après de longues années de recherche dans le laboratoire de son exploitation, il a mis au point un remarquable BIOCARBURANT qui fait sa légitime fierté et la notre, bien qu’il ne soit pas encore commercialisé du fait des pressions du lobby pétrolier.

Nous avons eu le privilège de la présentation de son produit (voire la photo sur laquelle malgré sa discrétion coutumière, il ne peut cacher son enthousiasme) et avons même pu l’essayer, à notre grande satisfaction.

Le mode d’emploi est très simple : il suffit d’en verser une dose directement dans le conducteur, et après un léger temps de réponse, les performances de la VEDETTE augmentent sensiblement. Ceci est cumulatif et implique un très fin dosage, sauf bien sûr à tourner sur circuit.

Le mode d’action de cette chimie fine, de Bretagne, n’est pas connu, mais il semblerait qu’un transfert de masses soit provoqué, entraînant un allégement de la tête et corrélativement un alourdissement du pied droit. La composition ne peut être révélée, mais certains connaisseurs du club affirment : « Il y a de la pomme ! ».

Espérons que la production se développera prochainement et que plus grand nombre pourra en profiter, l’adaptation aux moteurs 4 cylindres semblant assez facile !

 


 

« Les MATFORD, voiture de haut de gamme d’avant-guerre déjà équipées des moteurs V8 Ford sont les ancêtres directes des VEDETTE ».

La VEDETTE sortira en 1948 pour le salon 1949, en limousine à « dos rond », suivie rapidement des modèles Coupé (Coach) et Cabriolet. L’élégante « Comète » sur chassis VEDETTE sera montée chez FACEL.

En 1953, un nouveau dessin particulièrement réussi allongera la ligne en dotant la limousine d’un coffre arrière extérieur, en faisant une trois corps dite VEDETTE « à malle ». 1953 voit aussi l’apparition des limousines VENDOME et Comète MONTE-CARLO, dotée du gros V8, version 3,9 litres, monté en son temps sur les MATFORTD 21 CV, et sur les camions CARGO.

En 1955, la gamme est renouvelée : le passage à la série VERSAILLES est l’œuvre de la FORD Société Anonyme Française, mais à part les premières centaines, cette série s’appellera SIMCA VEDETTE, du nom du nouveau propriétaire auquel Ford a vendu son activité française.

La gamme TRIANON, VERSAILLES, REGENCE et Break MARLY est légèrement retouchée en 1957, mais c’est en 1958 qu’en particulier l’allongement des lignes en fait respectivement des BEAULIEU, CHAMBORD, PRESIDENCE et MARLY « Chambord ».

Parallèlement, la caisse des VERSAILLES sera toujours produite sous la forme d’ARIANE dotée du petit 4 cylindres SIMCA, et exceptionnellement du V8.

Les camions FORD S.a.f , SIMCA et MARMOND utiliseront aussi le V8, et parfois un Diesel Hercules, transportant matériaux de construction, et dans l’armée des générations de « bidasses » sur 4 rangs !

Jusqu’en 1961, des retouches légères seront apportées à la gamme, jusqu’à ce qu’il soit décidé à une très courte majorité du Conseil de direction de SIMCA de ne plus produire de VEDETTE en 1962, tout au moins en France puisque les lignes de fabrication seront exportées au Brésil ou les ex VEDETTE, de plus en plus musclées et retouchées d’aspect, auront une bonne clientèle.